A l’origine de cette histoire d’amour, un chat. Un chat siamois. Perdu. Amaigri. Errant. Un chat que le père de Marie découvre dans sa ferme, dans les Deux-Sèvres, dans le Centre-Ouest de la France. Cette bête fragilisée est heureusement tatouée : le père de Marie retrouve son propriétaire et le contacte.

Nous sommes en 2001. Le Royal Aubrac appartient alors à la FOL et son nouveau directeur vient d’y être nommé. Entre la Bretagne où il était en poste et l’Aubrac, l’un de ses deux siamois s’est échappé lors du déménagement. Alors, 4 mois plus tard, quand il apprend que son animal domestique est toujours en vie, il n’hésite pas : il rebrousse chemin et effectue 400 kilomètres pour aller le récupérer. Marie ne le sait pas encore, mais c’est là que sa vie va changer.

 

L’Aubrac, une histoire d’amour

 

Marie a 16 ans et comme tous les jeunes de son âge, elle cherche un emploi saisonnier pour l’été, histoire de se faire « 4 sous ». Le contact passe bien entre ses parents et le nouveau directeur du Royal Aubrac. L’été suivant, Marie rejoint le staff de cette colonie de vacances en tant que serveuse. Et là, c’est le coup de cœur. Le coup de cœur pour l’Aubrac et le coup de cœur pour le Royal Aubrac.

Marie le dit tout de suite à ses parents « Un jour, je m’installerai en Aubrac ». Il faut dire que c’est l’été, l’ambiance entre saisonniers est sympa. Marie est d’abord accueillie chez le directeur et son épouse qui prennent soin d’elle comme un oncle et une tante le ferait. Les gens qu’elle rencontre dans l’Aubrac sont tous des passionnés. Soit ils sont originaires de l’Aubrac, soit ils ont choisi cette région. Marie se laisse emporter par leur passion pour les légendes locales, la flore, la faune…

Marie revient chaque été pendant 7 ans. L’Aubrac n’est pas juste un amour d’été. C’est une révélation : c’est là qu’elle se sent bien.

Au Royal Aubrac, à l’époque, ll y a un bar fréquenté par des locaux. Marie y rencontre des amis dont Yannick. Il a 4 ans de plus qu’elle, est en couple, et partage sa vie entre l’Aubrac et Paris où il est pompier. Marie et Yannick font alors partie de la même bande de copains.

 

Un mariage au Royal Aubrac et nulle part ailleurs !

 

Mais ils sont jeunes et chacun d’entre eux emprunte une voie amoureuse et professionnelle. Les étés passés au Royal Aubrac deviennent un beau souvenir jusqu’à il y a 5 ans, quand Marie et Yannick se retrouvent. Yannick, toujours pompier, fait des allers-retours entre l’Aubrac et Paris. Marie, elle, est devenue aide-soignante. Bientôt, elle commencera une formation de naturopathe.

L’amitié se transforme en amour et, 5 ans plus tard, le couple décide de se marier. Le père de Marie lance « Ce serait marrant de voir s’il est toujours possible de se marier là-haut », en parlant du Royal Aubrac. Marie, elle, tape « mariage + Aubrac » sur Google… et tombe sur le Royal Aubrac. « ça n’aurait pas pu être ailleurs : c’est là qu’on s’est rencontrés. Le Royal Aubrac nous tient à cœur : on voulait le faire découvrir à nos familles ».

Le Royal Aubrac a beaucoup changé. Le couple découvre le nouveau lieu. La grande bâtisse est désormais vide, en attente d’un avenir. Quant aux gîtes, autrefois en grande partie utilisés pour loger le personnel de la FOL, ils ont été réaménagés. C’est parfait : ils pourront accueillir la famille lointaine pour le mariage.

 

Un mariage sur mesure au Royal Aubrac

 

Marie et Yannick rencontrent les nouveaux propriétaires du Royal Aubrac. « Ils ont été à l’écoute et ont joué le jeu jusqu’au bout », explique Marie, reconnaissante.

En effet, Roger Cousty et Anne-Marie mettent tout en œuvre pour satisfaire les futurs mariés. Pour que la cérémonie ait lieu devant la bâtisse, chevaux et lamas sont déplacés ailleurs. L’espace est nettoyé, des arrivées électriques sont installées pour la sonorisation de la cérémonie laïque. Marie et Yannick ont l’angle de vue parfait pour leur photo de mariage : le Royal Aubrac et l’Aubrac, en fond.

Roger et Anne-Marie prennent le temps de présenter aux convives leurs projets pour ce lieu magique. Ils respectent aussi le timing atypique choisi par le couple : « Pas question de rester à table pendant des heures, on est là pour faire la fête ! » A 17h30, après la cérémonie laïque, les photos, le vin d’honneur servi sur des tonneaux devant les gîtes dans un esprit bohème chic, les invités se régalent d’un aligot saucisse… avant de partir pour 6 heures de danse !

On est alors le 22 juin 2019. Deux personnes se disent « oui » au Royal Aubrac. Parce qu’ils s’aiment, parce qu’ils aiment ce lieu, parce qu’ils aiment l’Aubrac.