L’institut des régions chaudes (IRC) de Montpellier Supagro est venu poser ses valises dans nos gîtes à l’automne. Et quand on dit valises, on ne vous ment pas : 37 jeunes… de 10 nationalités !

Découvrez cette expérience enrichissante !

 

Le Royal Aubrac… un gîte en milieu rural

Mais pourquoi enseignants et étudiants de Montpellier Supagro ont-ils séjournés aux gîtes du Royal Aubrac, vous demandez-vous ? Parce que nos gîtes sont au cœur du Parc naturel régional Aubrac. Chaque année, Montpellier Supagro organise un stage collectif terrain. Terrain à la fois car il implique une immersion dans un environnement donné. Terrain aussi car il répond à une commande réelle d’un organisme ou d’une société : le parc naturel régional Aubrac, en l’occurrence, cette année.

Le parc naturel régional Aubrac a en effet sollicité l’expertise de Montpellier Supagro sur une recherche à double finalité :

  • établir une cartographie vivante du paysage et de ses acteurs et réaliser des typologies d’agriculture sur le périmètre du PNR
  • évaluer le potentiel de diversification au niveau des exploitations agricoles

 

L’étude en milieu rural : entre rigueur et contacts spontanés

Ce travail pédagogique à fin de professionnalisation implique rigueur méthodologique et timing serré : étude paysagère, réalisation de transects, étude de l’histoire du lieu notamment à travers des interviews « d’anciens » qui peuvent raconter l’évolution de l’agriculture, étude des systèmes de production (élevage et culture), définition de typologies des exploitations.

 

Pour ne pas biaiser les résultats, Montpellier Supagro ne prend jamais aucun contact en amont. Les personnes interviewées sont rencontrées et sollicitées sur place. « On rencontre directement les agriculteurs sur les places des villages. Selon les régions, le contact est plus ou moins facile. Ici, dans l’Aubrac, le contact avec les agriculteurs a été très facile. Certains ont même été recontactés pour approfondir certaines pistes ». Au total, ce sont quelques 40 personnes qui ont accepté d’ouvrir leurs portes et de répondre à des questions sur leur métier, leur vie professionnelle, leur exploitation…

« Ce n’est pas la première fois que nous venons dans l’Aubrac, précise Frédéric Lhoste. Nous collaborons assez régulièrement aussi avec la coopérative Jeune Montagne. Nos étudiants s’orientent vers des carrières internationales dans des organismes de coopération et de développement. La région de l’Aubrac est un terrain d’études intéressant pour eux. Ses plateaux présentent des similitudes avec d’autres pays du monde comme l’Argentine et sa Patagonie par exemple. Et pour des étudiants étrangers, l’Aubrac permet de découvrir la notion des terroirs français ».

 

L’accueil aux gîtes et la découverte du milieu rural

Bien sûr, il y a eu l’étude. Sur le terrain et dans la grande salle que les gîtes du Royal Aubrac ont mis à totale disposition pour que dossiers, paperboards et autre matériel pédagogique n’aient pas à être déplacés au cours des 2 semaines de travail.

 

Mais il y a aussi l’accueil. « L’équipe du Royal Aubrac a été très accueillante, précise l’un des trois encadrants. Le Royal Aubrac s’est adapté aux différents régimes alimentaires (sans porc, sans gluten, sans viande…) tout en nous organisant une soirée “spécialités de l’Aubrac”. Et Anne-Marie a même permis à certains de nos étudiants d’effectuer des balades à cheval ».

En tout cas, ici, nous avons été enchantés de recevoir des personnes ouvertes, prêtes à découvrir un nouvel environnement, une nouvelle façon de vivre, un autre monde que le leur. Et nous les accueillerons encore volontiers dans nos gîtes en Aubrac.