L’Aubrac, plus qu’une région !

L'Aubrac, la région

Les paysages de l’Aubrac sont uniques, magiques, presque irréels : des pâturages à perte de vue, des forêts denses, et ici et là, des abris de bergers dénommés burons.

La renommée de l’Aubrac dépasse les frontières. La cuisine locale, magnifiée par le chef Michel Bras, est authentique. Issue d’une tradition ancestrale, la tome de Laguiole mérite son AOP. Le savoir-faire local s’exporte à travers le couteau laguiole. La race Aubrac aux beaux yeux de biche, contribue à la renommée culinaire de la région : lait, fromage, viande.

L’Aubrac, c’est aussi une région propice à de nombreuses activités.

Aubrac, le village

Le village d’Aubrac est le point le plus élevé de l’Aveyron (1 310 mètres) et le point de départ de l’histoire du plateau : il lui a légué son nom. Le village s’est construit au XIXe siècle, autour d’un monastère-hôpital érigé 7 siècles plus tôt pour servir de refuge aux pauvres et aux pèlerins de Compostelle.

Aubrac, du soin au tourisme

En 1902, un sanatorium est inauguré. Dix ans plus tard, ce bâtiment devient le Royal Hôtel : hôtel chic de cure et succursale des grands palaces de la station thermale de Vichy. Dans les années 1960, l’activité périclite et le Royal Hôtel accueille alors pendant quelques années une colonie de vacances.

Roger Cousty, l’actuel propriétaire des gîtes du Royal Aubrac, l’acquiert fin 2008. Des travaux sont prévus et dans les années à venir, le célèbre bâtiment fera l’objet d’une rénovation. Il redeviendra; alors, un haut lieu du tourisme aveyronnais.

Le Royal Aubrac a inspiré des dessinateur et scénariste de BD – Christophe Bec et Nicolas Sure – qui en ont fait le cadre de deux albums Royal Aubrac I et Royal Aubrac II, publiés aux Editions Vents Sud/Glénat. Le Royal Aubrac est au centre de chacune des couvertures de ces ouvrages, dans une atmosphère hivernale puis printanière.